Ambiance de folie

Salut Gwen  !

Permets-moi de te tutoyer, ainsi que tu le proposes dans ton annonce ! Je pense que dans l’animation nous sommes tous jeunes, cool et de bonne humeur, et que le vouvoiement serait donc un peu trop lourd et sérieux entre nous ! Je suis très heureuse de postuler à ton annonce qui m’inspire une motivation énorme pour être la personne qu’il te faut  !

Pour me présenter, je suis une fille super sympa et très drôle ! Titulaire du BAFA depuis 2003, l’animation m’est tout de suite apparue comme une véritable vocation et mes expériences ne m’ont jamais déçue par la suite  ! Pour mon stage d’approfondissement, j’ai choisi de me spécialiser dans le domaine de la boum et des jeux en centres de vacances ! Je suis donc très expérimentée en veillées, sonos DJ et lumières, balles au prisonnier, grands jeux et Loup Garou autour du feu, mon activité préférée, en faisant fondre des chamallows bien sûr  !

De plus, comme je ne lâche jamais ma guitare et mon diapason rouge, je suis capable d’égayer une journée morose par de multiples coupures musicales et enchantées  ! Les enfants m’adorent et me réclament la chanson du Matou plusieurs fois par jour, ma spécialité  ! Je fais partie de ces animateurs survoltés qui ne se lassent jamais de la cacophonie de la cantine, des nuits de réunion interminables, des sorties au zoo et des activités très chères qu’on n’a jamais l’occasion de pratiquer dans un autre contexte ! Par exemple, l’accro-branches a été une véritable découverte que mes parents ne m’auraient jamais offerte, et j’en garde un souvenir exceptionnel  ! Je suis impliquée à fond dans mon rôle et mes responsabilités car contrairement aux apparences, je pense que l’animation est un vrai métier  ! Ce n’est pas parce que les animateurs sont toujours heureux de vivre qu’ils ne sont pas travailleurs, bien au contraire  ! C’est la beauté de ce métier qui les fait se lever chaque matin, ou même poursuivre leur nuit blanche  ! Car, malgré leur énergie inépuisable, les animateurs ne dorment jamais, d’où leurs erreurs parfois !

Par exemple, un jour où je n’avais pas trouvé le temps de dormir à cause d’un collègue qui m’avait versé un sceau d’eau entier sur la tête en guise de bizutage, je me suis trompée en comptant les enfants pour l’activité du matin, et j’en ai oublié un  ! Le pauvre est resté toute la journée dans le centre déserté, à pleurer à chaudes larmes  ! Je pense qu’un animateur doit être réactif, perpétuellement réveillé, à l’affût des dangers et toujours disponible, car même la vie des enfants peut être en jeu ! Mais comme tu le dis toi-même, il faut aussi savoir les mater tout en restant pédagogue, un qualificatif qui me correspond particulièrement ! Ce qui n’empêche pas une super ambiance, évidemment  !

C’est pourquoi je trouve que le salaire que tu proposes de 176 euros pour 8 jours, ça envoie du lourd ! 22 euros par jour sans pause ni nuit de repos pour animer un séjour de folie  ? Un euro de l’heure pour 22 heures de travail ? Je dis OUI, trois fois OUI, pour être payée à vivre cette expérience exceptionnelle ! CAR POUR LE BIEN-ÊTRE DES ENFANTS, LEUR EPANOUISSEMENT PERSONNEL ET LA QUALITE DE LEURS VACANCES, DONNONS LE MEILLEUR DE NOUS-MÊMES, DE NOS RESSOURCES ET DE NOTRE IMAGINATION POUR PAS UN ROND ! N’AYONS PAS PEUR DE BRADER LE METIER D’ANIMATEUR AU RISQUE DE LE FAIRE PASSER POUR UN GUIGNOL, CE QU’IL EST DE TOUTE FAÇON AU REGARD DE TOUS, NOTAMMENT GRACE À TOI ET TON ANNONCE !

Cher Gwen, même en forme, je reste fatiguée de croiser des offres comme la tienne, et je compatis au sort des futurs enfants qui seront épuisés d’avance par cette pédagogie de la dynamite. Merci pour eux.

Sara Fistole.

6 réflexions sur « Ambiance de folie »

  1. Chère Sara,

    J’approuve l’idée que tu as développée dans l’une de tes lettres, que l’ensemble des stagiaires de ce pays, voir du monde, se lèvent un jour pour dire non à ces 417 euros et 17 centimes.

    Malheureusement le stagiaire est souvent atteint d’anosognosie quand il s’agit de se rappeler, une fois devenu travailleur, quelle fût sa condition, ou pire de la trouver juste, dans une forme de mélancolie masochiste ou de sadisme revanchard.

    Je ne peux me plaindre cependant, car des règles spéciales gouvernant ma formation professionnelle, m’octroie aux alentours de 4,30 euros de l’heure selon que la charge de travail varie de 40 ou 50 heures par semaine (pour bac +7). Indemnités que mon estomac, ce salaud piétine chaque jour. Et que mon seigneur locatif finit par engloutir.

    C’est dommage que nous soyons tous des rats de web-oratoire, notre jeunesse aurait pu faire de grandes choses…

    Continue sur cette voie c’est hilarant

    iqs ho iqs ho

  2. Merci, au nom de tous les animateurs vacataires diplômés du Bafa, sous-payés pour un travail exténuant, considérés comme des simples serviteurs par des parents qui par ailleurs n’hésitent pas à porter plainte au moindre pépin avec leur enfant, à qui on renie le moindre droit syndical parce que le monde de l’animation est supposément « sympa ».

    Par extension, merci au nom de tous les étudiants pour qui les « jobs d’été » sont en général un moyen de se faire exploiter pour pas cher au nom de « l’insertion ».

    On est tous très sympas dans la vie. On le serait juste un peu plus avec des horaires humainement tenables et un salaire digne de ce nom.

  3. Mouai…
    Ne t’en fais pas, bientot tout cela va changer…
    Il y aura des anims de nuit…. quelle vocation !!!!
    Il y aura les « 35h » en colo…
    Il y aura pourquoi pas « les intermittents des colos »…

    Mais des colos a bas prix… ça il n’y en aura plus…
    Vives les colos pour les jeunes bourgeois, et vive le système français…

    Ta lettre est bien jolie mais malheureusement mal ciblé…
    Je connais CESL que de nom, mais je pense que si ils pouvaient payer mieux leurs saisonniers ils le feraient…

    Bref, éternels débat pour éternels mécontents…

  4. chere sarah fistole, je dis un grand, TRES GRAND BRAVO.

    fab, a mon sens tu n’as rien compris.
    je suis desolee mais quand on dors 3h par nuit pendant 2 semaines pour un salaire minable c’est la sécurité des enfants qui est mise en jeu. Pour ne parler que de ca.
    j’ai bossé durant 7 ans dans le social et l’animation. J’aimais sincerement ce que je faisais : accompagner des personnes, animer des séjours à theme avec des enfants.
    sauf qu’un jour vient ou se faire exploiter et traiter comme du bétail juste pour le bien de l’humanité CA SUFFIT.
    sarah, merci encore. Tu es formidable.

  5. DAns ce domaine j’ai connu dans les années 1980-81 des salaires de 1,30xSMIC dans les assos, contrats saisonniers financés par Jeunesse et Sports. Disons que célibataire, c’était correct. On a 20 ans et bouger n’est pas un problème. La Gauche a mis fin à ce scandale en créant et multipliant les emplois au rabais, stages, contrats « aidés », »d’ insertion », d »avenir », pour le marketing ils craignent. Personne. J’ai donc investi 3 ans de ma jeunesse pour un taf qui ne m’a rémunéré que 2 petites années… troooooooooop cool, un BE, c’est plus coté qu’un BAFA, normalement, mais c’est devenu la même chose… N’étant plus dans le milieu, pour cause! je ne connais pas le ratio de permanents/précaires dans les assos sportives, mais ça ne doit pas voler haut. Et cette même logique a gagné l’industrie, avec sa destruction. Le seul domaine qui ne soit pas touché, c’est la politique, je crois. Ce serait pas mal de remplacer les ministres et députés par des stagiaires. L’Etat réaliserait les économies soit-disant indispensables et, correctement recrutés, le boulot serait au moins aussi bien mal fait? Rien que la cantoche du Palais Bourbon, le meilleur restau de Paris paraît-il, mériterait qu’on se battit pour y accéder…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *